Diapo

Un "test de la bougie" sans validité technique

bougie et masque

La Direction Générale de l’Armement (DGA) chargée de tester la conformité des équipements de protection contre le Covid-19 (dont les masques) et l'Afnor affirment que ce test n'a pas de validité technique.

En revanche, si un masque le passe avec succès, cela signifie qu'il n'est pas assez "respirant", et donc inconfortable pour son porteur.
Techniquement, un masque est jugé fiable s'il filtre suffisamment les particules, tout en permettant à l'utilisateur de respirer. 

N’oubliez pas qu’un masque barrière n’a pas vocation à apporter un niveau de protection similaire à un masque FFP2 : il est destiné au grand public, dans des situations de travail (hors fonction médicale) et en complément de la distanciation sociale et des gestes barrières.

Guy Bertrand, chargé de relations médias de la DGA, dont le Centre d’expertise et d’essais a lui aussi tenté l’expérience explique :

« Nous avons observé que des masques non valables du point de vue de la protection contre le Covid-19 empêchent d'éteindre la bougie et à l’inverse, que des masques tout à fait valables (masques grand public de catégories 1 et 2, masques chirurgicaux certifiés EN 14683) permettent d'éteindre la bougie. »

Même conclusion du côté de l'Afnor (Association française de normalisation), qui a publié un patron pour coudre soi-même des masques en tissu conformes aux normes de sécurité :
« Le test de la flamme sur laquelle on souffle à travers le masque ne donne aucune indication sur l’efficacité de filtration du masque. Il permet néanmoins d’avoir une idée de son étanchéité et donc de la respirabilité. Si la flamme ne bouge pas du tout, le masque sera vraisemblablement difficile à supporter dans des situations de la vie courante. Si vous avez du mal à supporter un masque en étant au calme, celui-ci sera certainement inadapté lors d’une marche soutenue ou d’une discussion par exemple. Vous vous exposez alors au risque de devoir l’enlever de manière précipitée, sans être en mesure de pouvoir vous laver les mains immédiatement après. »

Retrouvez toutes les informations sur le site internet de l’AFNOR

Nous attirons également votre attention sur la dangerosité de ce test. Les tissus utilisés pour la confection des masques peuvent être plus ou moins inflammables.

Retour